EN | FR

atlas des peuples autochtones du Canada

Foire aux questions

Qui sont les Métis?

Les Métis sont un peuple autochtone à part entière ayant pour ancêtres des membres des Premières Nations et des colons européens. Apparus dans le centre ouest de l’Amérique du Nord à la fin du 18e siècle, pendant la traite des fourrures, ils sont la descendance des femmes des Premières Nations et des travailleurs eurocanadiens ou européens de la traite des fourrures. Formant la Nation métisse, ces enfants à l’héritage mixte fondent des familles et des communautés ayant une culture, des traditions, des langues (comme le michif) et un mode de vie qui leur sont propres.

Qu’est-ce que la Nation métisse?

La Nation métisse est une nation autochtone ayant une histoire, une culture, des récits de création du monde, des langues, un drapeau et des modes de vie qui lui sont propres, tous nés dans l’Ouest canadien. Les Métis forment l’un des trois peuples autochtones reconnus par la Constitution canadienne. À l’instar des autres Canadiens, ils vivent de nos jours un peu partout dans le pays et ailleurs dans le monde, même si la majorité vit dans les provinces des Prairies.

Où se trouve le territoire ancestral de la Nation métisse?

Le territoire ancestral de la Nation métisse regroupe le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta, le nord-ouest de l’Ontario, le nord-est de la Colombie-Britannique, le sud des Territoires du Nord-Ouest, le nord du Montana et le Dakota du Nord. Sur ce territoire, on trouve les communautés métisses qui se sont développées le long des routes de la traite des fourrures et dans le nord-ouest : des sites d’hivernage, des communautés des réserves routières et un grand nombre de villages et de villes, comme Winnipeg et Edmonton.

Combien le Canada compte-t-il de Métis?

On estime que le Canada abrite environ 450 000 citoyens de la Nation métisse.

D’où vient le terme « Métis »?

Dérivé du verbe « métisser », le terme « Métis » signifie dans son sens premier « mélanger les races ». Selon la définition adoptée par la plupart des Métis actuels et par le Ralliement national des Métis, on appelle « Métis » les personnes qui s’identifient comme tels et reconnaissent que leurs ancêtres ont fait le choix politique de s’identifier comme tels, en raison des liens de parenté, des langues, de l’histoire et de la culture qu’ils avaient en commun.

Qu’est-ce que le Ralliement national des Métis?

Fondé en 1983, le Ralliement national des Métis (RNM) – composé de membres dirigeants métis des conseils de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et de l’Ontario – constitue l’organe directeur de la Nation métisse, qu’il représente sur la scène tant nationale qu’internationale. Le mandat et l’orientation du RNM sont choisis par ses dirigeants démocratiquement élus parmi les cinq organisations membres provinciales, dont le RNM s’efforce de concrétiser les désirs et les aspirations.

Qu’est-ce que le michif?

Souvent appelé le michif « ancestral », le michif est la langue traditionnelle de la Nation métisse. C’est l’une des langues les plus singulières du monde, mélangeant noms français et verbes et syntagmes verbaux cris. La prononciation ayant évolué, les mots cris et français du michif se prononcent aujourd’hui différemment. On écrit le michif en alphabet phonétique; la langue n’a jamais été uniformisée, mais une orthographe commune est en cours d’élaboration.

Combien de Métis parlent le michif?

Le michif ancestral est en voie de disparition : on ne compterait pas plus que quelques centaines de locuteurs. Parmi eux, on distingue ceux qui le parlent couramment (surtout des personnes de 70 ans et plus) de ceux qui le comprennent plus ou moins bien (les personnes de moins de 70 ans et les enfants qui apprennent des mots et des phrases à l’école). La majorité des locuteurs du michif vivent au Manitoba, en Saskatchewan, dans le Dakota du Nord et dans le Montana, berceau de leur langue ancestrale. Aujourd’hui sur le point de disparaître, le michif s’en tire moins bien que ses cousins, le michif français (où le français prédomine) et le michif du nord de la Saskatchewan (où le cri prédomine), moins menacés.

Que sont les établissements métis de l’Alberta?

Au Canada, les établissements métis de l’Alberta sont la seule assise territoriale des Métis reconnue. Au nombre de huit et d’une superficie totale de 1,25 million d’acres, ils se situent principalement dans le centre-est et le nord de l’Alberta. Chacun de ces établissements est administré par un conseil de cinq membres élus, qui adopte des règlements de gouvernance locale, régit l’appartenance à l’établissement et le processus d’attribution des terres, et s’occupe de la gestion et de la prestation de programmes et de services.

Qui était Louis Riel?

Fondateur du Manitoba, Louis Riel (1844-1885) était un chef du peuple métis et un ardent défenseur des droits des Métis. Aspirant à préserver les droits et la culture des Métis de la colonisation canadienne, il a dirigé deux mouvements de résistance contre le gouvernement du Canada – la rébellion de la rivière Rouge au Manitoba (1869-1870) et la rébellion du Nord-Ouest (1885) en Saskatchewan, à Batoche. Il est pendu pour trahison en 1885, une exécution considérée par les Métis comme un assassinat judiciaire. En 1992, le Parlement adopte une résolution faisant de Louis Riel le fondateur du Manitoba.

Qui était Gabriel Dumont?

Gabriel Dumont (1837-1906) est surtout connu pour son rôle de chef militaire du gouvernement métis provisoire pendant la rébellion du Nord-Ouest de 1885. Considéré comme le chef des Métis de la Saskatchewan-du-Sud (Batoche), il se rendra compte que les Métis ont besoin de Louis Riel pour régler bon nombre de leurs griefs, notamment en ce qui concerne la possession des terres. Gabriel Dumont consacrera sa vie à son peuple : à la fin de la rébellion, il s’installera aux États-Unis et rejoindra les rangs du Wild West Show pour subvenir aux besoins des orphelins métis et membres des Premières Nations envoyés loin des conflits.

Qu’est-ce que l’Institut Gabriel-Dumont?

L’Institut Gabriel-Dumont (IGD), fondé en 1980, est l’établissement des Métis de la Saskatchewan voué à l’éducation, à la culture et à la formation. L’IGD dirige de nombreux programmes et services, comme le Saskatchewan Urban Native Teacher Education Program, le Gabriel Dumont College, le Dumont Technical Institute, un programme de formation et d’emploi, un fonds de bourses d’études, une maison d’édition générale et GDI Press.

Commandez maintenant

sur Amazon.ca ou Chapters.Indigo.ca, ou communiquer avec votre libraire ou marchand éducatif préféré